Français de base_What's New

Français de base

Qu’est-ce qui a changé?

Les caractéristiques suivantes du nouveau programme de français de base permettront d’harmoniser les grandes idées et les normes d’apprentissage aux objectifs du programme :

  • une plus grande souplesse pour permettre aux enseignants de recourir à une vaste gamme d’approches de l’enseignement des langues;
  • une approche plus intégrée de l’acquisition du contenu obligatoire, des compétences disciplinaires et des grandes idées propres à l’apprentissage des langues, mais transférables;
  • une importance accrue accordée à l’exploration de la culture en tant que véhicule d’une meilleure compréhension de la langue, des autres et de sa propre identité;
  • une définition élargie du mot texte1, qui englobe maintenant une plus grande variété de types de textes;
  • la reconnaissance de l’importance du rôle des histoires2 dans la communication significative des connaissances, des idées et des sentiments;
  • l’incorporation de contenu et de perspectives autochtones.

Pour plus de détails sur ces nouvelles caractéristiques, consultez Présentation du programme de français de base.

Le nouveau programme de français de base conserve de l’ancien programme ces importantes caractéristiques :

  • l’importance continue accordée au développement de toutes les compétences langagières : lire, écrire, visualiser, parler et interagir;
  • l’adhésion au principe selon lequel l’acquisition du français passe par la découverte de la culture francophone;

  • le recours à des documents, des créations et des tâches authentiques pour soutenir le développement d’une aisance à communiquer en français.

En outre, certaines des habiletés et des compétences exprimées dans l’ébauche du programme de 2011, qui était fondé sur les philosophies et les principes du Cadre européen commun de référence (CECR), ont été intégrées dans les compétences disciplinaires du nouveau programme de français de base. Le Ministère continue de soutenir les enseignants qui souhaitent utiliser le CECR comme outil de soutien dans leur classe de français de base. Le Ministère reconnaît que le CECR peut être un important  outil d’évaluation des apprenants d’une langue seconde et qu’un certain nombre d’enseignants de la province l’utilisent présentement et souhaitent pouvoir continuer à le faire.


1Texte : toute communication orale, visuelle ou écrite. Un texte peut prendre différentes formes : communication en personne, enregistrement audio ou vidéo, document imprimé ou média numérique. Voici quelques exemples de textes :

annonces publicitaires, articles, bandes dessinées, biographies, blogues, brochures, chansons, comptines, conversations, courriels, diagrammes, discours, entrevues, films, formulaires, graphiques, histoires, instructions, invitations, légendes, lettres, livres d’images, mythes, peintures, photos, poèmes, présentations, profils en ligne, récits, récits de la tradition orale des peuples autochtones, rédactions, reportages, romans, sondages, tableaux et textos.

On encourage les enseignants à présenter à leurs élèves une grande variété de textes correspondant à leur niveau scolaire.

Les enseignants peuvent choisir de présenter à leurs élèves du matériel en français, authentique ou adapté. Les textes peuvent être adaptés notamment pour :

  • les rendre plus compréhensibles pour les élèves (p. ex. en les simplifiant);
  • exposer davantage les élèves à du vocabulaire ou à des structures spécifiques (p. ex. en répétant dans un texte des mots ou des structures grammaticales clés);
  • mettre en évidence les structures et le vocabulaire usuels (p. ex. en les soulignant, en les mettant en caractères gras ou en les surlignant).

2Histoires : il peut s’agir d’histoires orales, écrites ou visuelles, fictives ou non fictives (p. ex. une série d’images, les récits de la tradition orale des peuples autochtones, des anecdotes personnelles, des saynètes, des histoires conçues par les élèves).

Last updated: August 5, 2016