Sciences humaines_What's New

Sciences humaines

Qu’est-ce qui a changé?

Révision des programmes d'études de la maternelle à la 9e année

Les éducateurs ont partagé de nombreux commentaires et suggestions sur l’ébauche du programme d’études de sciences humaines de la maternelle à la 9e année. La plupart de ces commentaires étaient positifs, plus particulièrement ceux portant sur l'organisation des compétences disciplinaires autour des concepts de réflexion historique. Cet accent mis sur le développement des habiletés de réflexion des élèves a été très bien reçu et demeure le principal changement du nouveau programme. Toutefois, les éducateurs ont déterminé certains domaines clés à réviser.

Tout d'abord, de nombreux enseignants de l’intermédiaire se sont inquiétés de la suppression des thèmes liés à la citoyenneté mondiale qui se trouvent dans le programme actuel de 6e année. Beaucoup d'entre eux ont mentionné avoir mis sur pied divers projets pratiques efficaces dans ce domaine et craindre que ces derniers ne soient mis en péril si leur lien au programme d'études n'était plus aussi direct. De même, plusieurs enseignants étaient d'avis que l’ébauche du programme d'études mettait trop l'accent sur l'histoire et pas assez sur les enjeux canadiens et mondiaux contemporains. Conséquemment, l'équipe de rédaction a resserré le contenu historique et a réintégré le thème des enjeux mondiaux au programme de 6e année.

Plusieurs ont également souligné le fait que les raisons d'être de certains des thèmes du nouveau programme n'étaient pas toujours très évidentes, surtout pour les personnes n'ayant pas suivi de formation théorique en histoire ou en géographie. Afin de clarifier ces thèmes pour les enseignants, un grand nombre d’approfondissements ont été ajoutés aux normes d'apprentissage, tant à celles du contenu qu’à celles des compétences disciplinaires. Ces approfondissements présentent plusieurs exemples de thèmes et de questions clés pour aider les enseignants à planifier les unités et les leçons.

Enfin, des suggestions d'améliorations portant sur certains domaines du programme d'études ont été faites, touchant, entre autres, le contenu autochtone, l'environnement, ainsi que la place accordée au contenu lié à la géographie, à l'éducation civique et à l'économie. À la suite de ces suggestions, de nombreux ajouts et révisions ont été apportés aux normes d'apprentissage et aux approfondissements afin d'accorder une plus grande place à ces thèmes.

Ébauche du programme d'études de la 10e à la 12e année

L'ébauche du programme d'études de sciences humaines de 10e année a la même structure et le même format que le programme de la maternelle à la 9e année; il s'agit du dernier cours de sciences humaines obligatoire pour tous les élèves de Colombie-Britannique. Il termine les études historiques amorcées dans le nouveau programme d'études de 7e année et couvre l'étude du Canada et du monde contemporain, avec des enjeux touchant l'histoire, la géographie, l'éducation civique et l'économie.

L’ébauche du programme d'études de 11e et de 12e année offre une vaste gamme de cours et un plus grand choix aux élèves et aux enseignants, leur permettant de s'engager davantage. Bien que le contenu varie d'un cours à l'autre, les habiletés de réflexion demeurent une des composantes des compétences disciplinaires et ne varient que légèrement d'une discipline à l'autre.

Les cours de 11e et de 12e année incluent :

  • Peuples autochtones de la C.-B. 11
  • Études autochtones contemporaines 12
  • Histoire du monde au XXe siècle 11
  • Géographie humaine 11
  • Étude du droit 12
  • Géographie physique 11
  • Justice sociale 12
  • Sciences politiques 11
  • Études culturelles comparatives 11
  • Philosophie 12
  • Études comparatives des religions du monde 12
  • Études asiatiques de 1850 à aujourd'hui 11
  • Études sur le génocide 12
  • Études urbaines 12
  • Économie 12

Le programme d'études a aussi été élaboré de manière à laisser une certaine souplesse aux enseignants et aux élèves et leur offre diverses options pour créer de nouveaux cours qui s'ajouteront à ceux des programmes provinciaux. Il pourrait s'agir d'une combinaison d'éléments tirés des différents cours offerts par la province ou de la création d'un nouveau cours élaboré localement et basé sur le modèle provincial. Ainsi, les enseignants pourraient offrir une variété d'options de leur cru tout en s'assurant que l'accent demeure mis sur les habiletés de réflexion.

Qu'est-ce qui a changé?

Le nouveau programme de sciences humaines comporte quatre nouveaux aspects importants :

  • La réduction du nombre de normes d'apprentissage liées au contenu permet de renforcer l'acquisition et le perfectionnement des principales habiletés de réflexion propres à ce domaine d'études. Ces habiletés s'organisent autour de six concepts importants de réflexion historique et géographique : portée, preuves, continuité et changement, causes et conséquences, perspective et jugement éthique. Bien que les thèmes abordés dans le programme de sciences humaines soient principalement tirés de disciplines telles que l'histoire, la géographie, les sciences politiques et l'économie, ils peuvent également être puisés dans d'autres disciplines des sciences humaines, comme l'archéologie, la philosophie et l'anthropologie.
  • Comme l'accent est mis sur les habiletés de réflexion disciplinaires, cela signifie que les élèves s'efforceront de forger leur propre compréhension des concepts importants, plutôt que de simplement retenir des connaissances transmises par les manuels scolaires, leur enseignant ou d'autres sources faisant autorité.
  • Le contenu moins détaillé et moins normatif permet aux enseignants et aux élèves de se pencher sur des enjeux les intéressant plus particulièrement ou présentant un intérêt local.
  • Afin de mieux comprendre l'histoire et la culture des peuples autochtones, l'étude de ces thèmes et points de vue importants est intégrée au programme de chaque année.
  • Qu'est-ce qui n’a pas changé?
  • Le nouveau programme d'études de sciences humaines conserve deux aspects importants de l’ancien programme :
  • Une de ses priorités est de viser à former des citoyens instruits et actifs.
  • Dans l'ensemble, les types de thèmes abordés n'ont pas beaucoup changé. Bien que certains thèmes puissent être plus ou moins mis en relief qu'auparavant et que l’année où ils sont introduit puisse avoir été modifiée, les élèves doivent tout de même se pencher sur les thèmes clés, dont l'identité et la société canadienne, l'histoire du Canada, l'histoire mondiale, la géographie canadienne et mondiale, la politique et le gouvernement du Canada, ainsi que les principaux systèmes économiques.

Quel est le lien entre le programme d'études de sciences humaines et le citoyen instruit?

Un citoyen instruit peut réfléchir de manière critique, communiquer des idées efficacement, prendre des décisions et respecter les autres. Le programme d'études de sciences humaines fournit de nombreuses occasions de développer ces compétences, par l'intermédiaire d'activités demandant, par exemple, de comparer de multiples points de vue sur un événement historique ou d'analyser les causes et conséquences possibles d'une politique publique dans la communauté de l'élève.

Le programme d'études de sciences humaines a pour principale fonction d'offrir à l'élève des occasions de se renseigner sur la société canadienne, sur ses institutions démocratiques et sur les droits et responsabilités des citoyens canadiens.

En quoi le programme d'études de sciences humaines est-il basé sur les concepts?

Le principal objectif de l'enseignement des sciences humaines est de donner aux élèves les connaissances, les habiletés et les compétences nécessaires pour être des citoyens actifs et éclairés, ce qui inclut de leur apprendre deux types de concept : les concepts disciplinaires et les concepts fondamentaux.

Les concepts disciplinaires sont ceux que les experts (historiens, géographes, économistes) utilisent pour réfléchir aux enjeux de leur domaine. Tel qu'il a déjà été mentionné, les compétences disciplinaires du programme d'études de sciences humaines s'articulent autour de six concepts disciplinaires : portée, preuves, continuité et changement, causes et conséquences, perspective, et jugement éthique.

Les concepts fondamentaux des sciences humaines sont les connaissances de base importantes qui permettent aux élèves de comprendre le monde et de traiter les idées et les informations nouvelles. Les élèves ayant de bonnes connaissances de base ont plus de facilité pour traiter les nouvelles informations et réfléchir de manière critique. Les concepts fondamentaux vont au-delà des simples faits comme les noms et les dates, et incluent des concepts clés comme la démocratie ou la révolution.

En quoi le programme d'études de sciences humaines est-il orienté vers les compétences?

Le programme d'études de sciences humaines repose sur des méthodes de pensée critique et de résolution de problème propres aux disciplines, méthodes qui sont étroitement liées à la compétence essentielle de réflexion. Ce programme demande aux élèves de considérer le point de vue des autres et de porter des jugements éthiques inhérents à certains aspects de la compétence personnelle et sociale. Il donne aussi aux élèves de nombreuses occasions de développer la compétence de communication lorsqu'ils font part de leurs idées et de leurs opinions, plus particulièrement lorsqu'ils débattent et discutent respectueusement d'idées et de valeurs contestées.

En quoi le programme d'études de sciences humaines est-il lié aux principes d'apprentissage des peuples autochtones?

Le programme d'études de sciences humaines est étroitement lié aux valeurs intrinsèques des principes d'apprentissage des peuples autochtones. Il met l'accent sur des méthodes d'apprentissage telles que l’investigation, la pensée critique et l'analyse de nombreux points de vue. Selon ces principes, « l'apprentissage est holistique, réflexif, réfléchi, expérientiel et relationnel (axé sur la connexité, les relations réciproques et le sens de sa place dans le monde) ». Dans le programme d'études de sciences humaines, l'importance accordée aux grandes idées et aux concepts de réflexion historique et géographique offre de nombreuses occasions d’apprentissage holistique, réfléchi et relationnel.

Des facteurs tels que la classe sociale, la race et le sexe façonnent les points de vue et les connaissances des individus sur les enjeux sociétaux ou les événements historiques. Les élèves dont les points de vue et les opinions diffèrent des points de vue dominants de la société, comme les élèves autochtones, peuvent se désintéresser d'un programme qui ne les inclut pas dans la conversation et se sentir ainsi mis à l'écart.

Tant les élèves autochtones que les élèves non autochtones bénéficient de cet accent mis sur l’investigation :

« En permettant aux élèves de faire leurs propres recherches et d'en tirer leurs propres conclusions, l’investigation devrait permettre à ceux dont les expériences, habituellement, n'étaient pas représentées dans les programmes d'études officiels, d'approfondir et d'élargir leurs connaissances historiques plutôt que de se sentir exclus de l'histoire enseignée à l'école. Dans un même temps, étant donné que ces investigations peuvent amener les élèves à consulter des sources très variées, ceux dont les connaissances font l'objet d'un plus grand consensus risquent d'être davantage confrontés à des perspectives qui les forceront à remettre en question leurs croyances. » (Barton et Levstik, 2004)

Comment le programme d'études de sciences humaines favorise-t-il l’investigation?

En suivant le programme d'études de sciences humaines, les élèves examinent de grandes questions ouvertes afin de prendre des décisions éclairées. Pour ce faire, ils doivent comprendre les principaux facteurs historiques, géographiques, politiques, économiques et sociétaux en jeu, ainsi que la façon dont ces différents facteurs sont liés et interagissent entre eux.

Les élèves ne peuvent acquérir ces connaissances passivement, en couvrant une vaste gamme de thèmes et en ne tirant leur information que de sources conventionnelles faisant autorité. Pour devenir des citoyens éclairés et actifs, ils doivent approfondir leurs connaissances et aller en chercher de nouvelles en se penchant sur des questions ouvertes et intéressantes, en débattant et en discutant d'enjeux historiques et contemporains, ainsi qu'en élaborant et en étayant leurs propres hypothèses, solutions et conclusions.

Last updated: July 20, 2016