Sciences humaines et sociales

Objectifs et raison d’être

Raison d’être

Le programme d’études Sciences humaines et sociales a pour principal objectif de former des diplômés qui possèdent les connaissances, les habiletés et les compétences nécessaires pour devenir des citoyens actifs et instruits.

Un citoyen instruit comprend les principaux concepts de l’histoire, de la géographie, de la politique, de l’économie et de la société, ainsi que les interactions et interdépendances entre ces différentes disciplines. L’élève ne peut y arriver en recevant passivement l’enseignement de tout un éventail de sujets provenant de sources qui font autorité. Il doit tabler sur des notions approfondies et acquérir des connaissances bien à lui par la recherche et l’étude de questions ouvertes qui l’interpellent, par des débats et discussions sur des enjeux historiques et contemporains, et par la formulation et l’argumentation d’hypothèses, de solutions et de conclusions qui lui sont propres.

Les sciences humaines et sociales donnent à l’élève la chance d’acquérir cette compréhension et ce savoir. Elles s’appuient sur des sujets émanant des disciplines des études classiques connexes, notamment l’histoire, la géographie, les sciences politiques et l’économie, de même que d’autres disciplines telles la sociologie, la psychologie et l’anthropologie. Le fil conducteur qui unit ces disciplines est l’accent mis sur les activités, les comportements et les interactions entre les êtres humains, et ceux qui touchent l’environnement.

Si les sciences humaines et sociales font appel à des sujets de plusieurs disciplines différentes, le programme d’études vise surtout le développement de capacités de raisonnement disciplinaires articulées autour de six (6) grands concepts de réflexion : portée; preuves; continuité et changement; cause et conséquence; perspectives; jugement éthique. Ces concepts de réflexion ont d’abord été formulés aux fins de la pensée historique, avant d’être adaptés de manière à embrasser certains aspects de la pensée des géographes, des économistes et des politicologues.

L’élève peut appliquer ces concepts au monde d’aujourd’hui, où les sources d’information accessibles abondent sur pratiquement n’importe quel sujet. Comme ces sources sont parfois d’une qualité et d’une exactitude douteuses, il importe plus que jamais d’enseigner les compétences pratiques nécessaires pour recueillir, évaluer, analyser et synthétiser l’information et les idées provenant de sources multiples. Cette information, une fois recueillie et analysée, permettra à l’élève de résoudre des problèmes, de prendre des décisions et de communiquer efficacement ses idées.

L’élève peut appliquer ces compétences acquises en sciences humaines et sociales à un vaste éventail de programmes postsecondaires ou à une carrière future. Les disciplines des sciences humaines et sociales développent chez l’élève les aptitudes à la pensée analytique et à la résolution de problèmes. On lui donne l’occasion de mener des recherches quantitatives et qualitatives, et d’acquérir des méthodes de collecte et d’interprétation des données. Il apprend à communiquer ses résultats par diverses méthodes, comme les comptes rendus écrits, les présentations orales, les graphiques et les statistiques. L’étude des interactions humaines et des relations entre les humains et l’environnement peut mener à différentes carrières, notamment en recherche, en marketing, en droit et dans la fonction publique.

Le programme d’études des sciences humaines et sociales offre à l’élève la chance d’explorer et de mieux comprendre son identité, ses points de vue et ses valeurs, tout en acquérant des compétences qui favorisent une citoyenneté active et instruite. Il saura faire preuve de pensée critique, prendre en compte diverses perspectives et idées avec un esprit ouvert, et exprimer respectueusement son désaccord avec ceux et celles qui peuvent avoir différentes opinions ou perspectives. Il sera habilité à demeurer au fait des politiques publiques et à agir relativement à des enjeux qui lui importent. 

Les connaissances, les habiletés et les compétences acquises dans l’ensemble du programme d’études des sciences humaines et sociales prépareront l’élève à jouer un rôle dans la société à titre de citoyen responsable.

Objectifs

Le programme d’études en sciences humaines et sociales de la Colombie-Britannique contribue à faire de l’élève un citoyen instruit par l’atteinte des objectifs suivants.

L’élève sera capable d’acquérir ce qui suit :

  • Les compétences nécessaires pour prendre part à une société démocratique : tenir compte de points de vue multiples, respecter différentes valeurs et perspectives, recueillir de l’information et l’analyser, prendre des décisions en fonction des faits et communiquer efficacement ses vues.
  • Une compréhension des liens entre passé, présent et avenir, ainsi que des personnes, des événements et des tendances qui ont influencé le cours des choses et l’évolution des sociétés, plus particulièrement la nôtre. Pour bien connaître le passé et le présent du Canada, il faut aussi apprendre à comprendre l’histoire et la culture de ses peuples autochtones.
  • Une compréhension des interactions entre humains et environnement, ainsi que de l’impact de l’environnement physique sur l’évolution des sociétés et des cultures, et de l’incidence des activités humaines sur l’environnement. Une telle appréhension englobe l’épanouissement d’une conscience spatiale des caractéristiques géophysiques et de l’impact humain.
  • Une compréhension des droits et des responsabilités afférents à la qualité de citoyen et au système démocratique de gouvernement, notamment de la façon de prendre des décisions aux échelons individuel, collectif, local, provincial et national, et de participer au processus politique en exprimant efficacement ses opinions.
  • Une compréhension de la façon dont les systèmes économiques fonctionnent et de leur place dans l’économie mondiale branchée, afin de bien saisir les liens entre décisions politiques, environnementales et économiques, ainsi que les compromis que peutcomporter la conciliation d’intérêts divergents.