Français langue première

Introduction

Le programme d’études de Français langue première a pour objectif d’amener chaque élève à devenir un citoyen informé et instruit, pouvant exercer une influence positive sur la société dans laquelle il évolue.

La découverte et l’exploration de la littérature, de l’art et de la culture permettront à l’élève d’approfondir sa culture générale. De par un esprit critique et créatif, il fera preuve de discernement, de sensibilité, de perspicacité et d’ouverture d’esprit.

Ce programme présente ce que les élèves doivent connaitre, faire et comprendre, de la maternelle à la douzième année. L’élève est ici au centre de l’enseignement avec davantage de flexibilité accordée aux modes personnels d’apprentissage.Les élèves sont guidés dans leur apprentissage afin qu’ils pensent de manière critique, créative and réfléchie ; afin qu’ils se construisent une identité personnelle et culturelle ; et afin qu’ils soient respectueux d’une variété de perspectives et de visions du monde.

Les caractéristiques du programme d’études de Français langue première

Une ouverture littéraire et artistique

Le programme d’études de français langue première encourage l’utilisation d’une variété de types et de genres de textes dès la troisième année. Le mot texte désigne ici tout support oral, écrit ou visuel. En présence d’un vaste répertoire de textes, l’enseignant peut véhiculer les caractéristiques de chacun d’entre eux. Un texte est un ensemble cohérent d'éléments écrits, oraux ou visuels, porteur de sens et servant à communiquer ou à transmettre un message. Les textes ont une multitude de représentations : ils peuvent se présenter sous forme de récit autochtone, d'article, de publicité, de roman, d'album, de conte, de légende, de bande dessinée, de biographie, de correspondance, d'invitation, de directive, de diagramme, de graphique, de reportage, de film, de chanson, de poème, de comptine, de photographie, de mât totémique, d'image, d'œuvre d’art, de présentation orale, de blogue, de sondage, de rapport, de texto, de vidéo ou d'émission télévisée, etc.

La dimension culturelle

Ce programme encourage à la fois le développement d’une identité francophone et celui de la sensibilité interculturelle de chaque élève. En parlant et en vivant en français, l’élève développe un sens d’appartenance à la communauté francophone de la Colombie-Britannique.

Enseignement et apprentissage flexible

Les composantes du curriculum fonctionnent ensemble de manière dynamique et flexible pour faciliter un apprentissage en profondeur. Au sein de chaque niveau, plutôt qu’une combinaison unique ou « correcte » de ces composantes, la structure du curriculum offre un grand choix dans la manière d’arranger ces pièces pour créer des leçons, des unités et des expériences d’apprentissage.

Le curriculum reste flexible en permettant une variété de structures de programmes dans les contextes de l’école ou de la communauté. Cette conception ouverte facilite la création d’approches pédagogiques combinant deux ou plusieurs domaines d’apprentissage sans exiger aucune forme particulière d’interdisciplinarité.

Une approche holistique de l’enseignement et de l’apprentissage

Le curriculum incarne une approche intégrale et holistique de l’enseignement et de l’apprentissage. Dans le programme d’études de français langue première, toutes les six composantes des arts du langage (lire, écouter, regarder, écrire, parler et représenter) sont inextricablement interconnectées. La croissance de la compétence en une de ces composantes soutient l’évolution de la compétence en une autre, souvent simultanément.

Le curriculum conserve l’organisation des compétences curriculaires selon les deux modes d’utilisation du langage : la « compréhension », qui est représentée par les compétences répertoriées sous « Explorer et réfléchir » et « l’expression » qui est représentée par les compétences répertoriées sous « Créer et communiquer ».

Les élèves bénéficient du programme d’études de français langue première non seulement en acquérant la capacité de communiquer efficacement en classe mais aussi en recevant le savoir, les compétences et la compréhension qu’ils pourront transférer à tout le curriculum et à la vie en dehors de l’école.

Un cadre conceptuel

Les notions de concepts et de grandes idées confèrent à ce programme un niveau de réflexion plus approfondi en encourageant l’élève à associer plusieurs concepts pour comprendre ce qui les relie.

Chaque élève découvrira et approfondira ses connaissances des concepts langagiers et littéraires, tels que la structure, le sens, l’interprétation, les émotions ou encore l’identité. Lorsque ces concepts seront familiers, l’élève parviendra à des généralisations lui permettant de percevoir les récurrences et les liens implicites. Par exemple, c’est en explorant le concept d’image en lien avec les concepts de message et d’interprétation que l’élève de sixième année découvrira que, tout comme les textes, les images contiennent des informations et des indices révélant leur sens et les intentions de l’auteur.

Ainsi, les différents éléments constituant ce programme amènent l’élève à développer des compétences en les appliquant à des concepts et à du contenu spécifique afin d’arriver à percevoir les constances pour « comprendre » plutôt que de simplement « connaitre » des notions fondamentales à la langue française.

La conception du programme d’études de Français langue première

Le programme d’études de Français langue première suit le même format que tout autre domaine d’apprentissage en s’inspirant du modèle Savoir, Faire, Comprendre (SFC). L’élève apprend, au travers du contenu (Savoir), des compétences disciplinaires (Faire) et des grandes idées (Comprendre). De plus amples informations à propos de ce modèle sont disponibles sur le site  https://curriculum.gov.bc.ca/fr/curriculum/overview/

Les grandes idées

Les grandes idées représentent les notions fondamentales que l’élève devrait « Comprendre ». L’élève découvre ou saisit les grandes idées grâce à l’aspect « Faire » du domaine d’apprentissage en associant le contenu aux compétences disciplinaires pour en arriver à une compréhension conceptuelle.

L’exemple ci-dessous indique la progression des grandes idées et leurs aspects socioculturels étudiés dans les textes au fil des années, en se complexifiant et en acquérant une dimension plus large.

 

1re

5e

8e

11e

Grandes idées

À travers les textes, on se découvre et on découvre le monde qui nous entoure.

Les textes permettent de dresser le portrait d’une époque et des valeurs, pratiques et croyances d’une population.

À travers ses textes, l’auteur peut partager son identité, sa culture, sa perception du monde et le portrait d’une époque.

Un texte est nécessairement lié au temps et à l’espace de sa création et de sa réception.


Les compétences disciplinaires

Les compétences disciplinaires décrivent ce que les élèves devraient être capables de faire avec le savoir qu’ils ont acquis. Le programme d’études de français langue première est un domaine d’apprentissage dirigé par un processus : les élèves progressent grâce à leur engagement avec la langue et les textes. Cette emphase sur le processus se révèle par l’abondance de détails des standards d’apprentissage des Compétences Disciplinaires en comparaison avec les standards d’apprentissage des Contenus. Ce focus sur le processus reflète le fait que le but premier du programme d’études de français langue première est de permettre aux élèves de devenir des utilisateurs et créateurs compétents et efficaces d’une grande variété de textes, y-compris des textes numériques, dans différents contextes. Grâce à la communication délibérée, les apprenants peuvent développer leur compétence à écouter pour comprendre ; communiquer efficacement ; présenter des informations et des idées avec assurance et fluidité ; et comprendre les liens entre langage et culture.

L’objectif de ce programme d’études est de placer l’élève dans des situations d’apprentissage qui lui permettront d’acquérir les compétences, connaissances et stratégies nécessaires pour communiquer et interagir en français avec confiance et de manière efficace. L’élève développe des compétences disciplinaires qui visent à « explorer et réfléchir » ainsi qu’à « créer et communiquer ». L’exemple ci-dessous illustre l’évolution du programme d’études au fil des années.

 

Maternelle

1re

2e

3e

Compétences disciplinaires

Reconnaitre des unités phonologiques et les manipuler

Segmenter et fusionner des unités phonologiques pour développer la conscience phonologique

Reconnaitre la racine de mots inconnus pour en déduire le sens

Définir le sens d’un mot à partir du radical et des affixes


Le contenu

Le contenu représente la composante « Savoir » du modèle. Cette composante comprend les informations essentielles que l’élève doit connaître à l’issue de son année scolaire, afin de développer les compétences disciplinaires. À chaque niveau, le contenu peut être appliqué au travers de multiples compétences disciplinaires qui visent à faciliter la compréhension des grandes idées.

Les approfondissements

Les approfondissements ont été créés pour la plupart des compétences disciplinaires et du contenu et sont accessibles par hyperlien. Ils contiennent des exemples, des clarifications, des définitions et toute autre information liée aux composantes du programme d’études à chaque niveau scolaire. Les élaborations servent de guide à l’enseignement et à l’apprentissage.

Facteurs importants


Grammaire, usage et conventions

Il est important pour les élèves d’être informé sur la langue française, y compris sa grammaire, ses conventions, son usage, et sur la manière dont les langages se développent au fil du temps. L’apprentissage de la grammaire apporte aux élèves un métalangage utile, c’est-à-dire, un langage avec lequel parler de la langue. Cependant, la recherche démontre clairement que pour que l’enseignement soit efficace, les compétences en langue et grammaire devraient être enseignées au sein d’un contexte déterminé plutôt qu’en isolation. Sinon, il n’y a que peu ou pas de transfert entre l’apprentissage de la grammaire et des conventions de la langue et la capacité des élèves à lire ou écrire mieux.

Littératie critique

La littératie critique est la lentille au travers de laquelle le texte est vu comme construit dans un but précis. On devrait enseigner aux élèves à questionner le texte, à défier l’autorité de l’auteur, à examiner les convictions de l’auteur et à détecter les partis-pris dans les textes des autres ainsi que dans les leurs. La littératie critique permet aussi aux élèves de déterminer si des points de vue sont absents et d’examiner une variété de perspectives autres. (David Booth, 2011, Caught in the Middle: Reading and Writing in the Transition Years, Pembroke).

Pour qu’ils s’engagent dans une citoyenneté active et pour qu’ils évitent d’être manipulés, il est essentiel que les élèves soient capables d’évaluer et d’analyser les textes. Enseigner aux élèves à lire de manière critique est particulièrement important à une époque dans laquelle ils sont exposés à un flot presque constant de media et d’informations.

A prendre en considération pour les cours optionnels de 10e et 11e

Toute forme de communication orale, écrite, visuelle, numérique ou multimodale devrait être explorée dans chacun des cours optionnels.

Principes d’apprentissage des peuples autochtones

Les communautés autochtones ont contribué à la richesse culturelle et linguistique de la francophonie canadienne, et bon nombre de mots autochtones ont trouvé leur place dans la langue française. Ces principes ont été développés avec des éducateurs et des membres de la communauté des peuples autochtones, et ils ont été confirmé au sein des sociétés des peuples autochtones pour guider l’enseignement et l’apprentissage des curricula provinciaux. Les principes d’apprentissage des peuples autochtones non seulement rendent honneur aux peuples autochtones de la Colombie-Britannique et à leurs perspectives pédagogiques, mais ils font aussi la promotion, en ce qui concerne le curriculum du programme d’études de français langue première, de l’apprentissage expérientiel et réflexif ainsi que de la défense des droits et de la responsabilité personnelle des apprenants.

L’incorporation des principes d’apprentissage des peuples autochtones dans le curriculum permet de créer, en salle de cours, des cultures basées sur les concepts de communauté, d’apprentissage collaboratif et de confiance. Ces principes et le contenu des peuples autochtones ne sont pas des ajouts ou des unités distinctes, mais sont entrelacés dans le tissu même du curriculum.